Il y a un an, je me lançais dans la belle aventure de la céramique. J’en apprenais les bases, je mettais les mains dans la terre pour la première fois. Cela faisait très longtemps que je souhaitais découvrir cet art, m’y essayer.

J’ai donc contacté une potière, Claire, qui m’a ouvert les portes de son atelier et appris les bases du tour, l’émaillage et la cuisson.

Le raku

Après une première cuisson des pièces, que l’on appelle le biscuit, on peut émailler ces dernières. C’est ce qui va leur donner tout leur cachet, qui va faire d’elles des pièces totalement uniques.
L’expérience de l’émaillage est très particulière. On travaille effectivement avec des couleurs, mais elles n’apparaîtront QUE lors de la prochaine cuisson. Il est donc difficile de se projeter sur les couleurs d’une pièce sans les voir vraiment.
la cuisson raku est un procédé japonais qui laisse à l’émail le bonheur du hasard. C’est une cuisson à 1000°C dite basse température qui monte rapidement (environ 1/2 heure).
La pièce d’argile devient incandescente et luisante : l’émail est en fusion ! Le céramiste, harnaché de masque, casque et moufles de protection en cuir sort les pièces avec de longues pinces métalliques. Il a alors devant lui quarante à soixante secondes pour agir sur cet émail encore liquide. Cette opération, où chaque seconde compte, va déterminer les couleurs et l’aspect final de la pièce.
Les pièces sont alors plongées dans des marmites en fonte contenant de la sciure et sous l’effet des oxydes de cuivre, de fer ou d’argent elles vont s’iriser de rouge, de bleu, ou de reflets métalliques inimitables ; l’intense saturation en carbone, dégagée par la sciure qui s’est embrasée va pénétrer dans les craquelures de l’émail blanc et dessiner de subtils réseaux d’un noir profond. Enfin, pour stabiliser les effets, la pièce, encore brûlante est plongée dans l’eau : le choc thermique est énorme.

 

 

Aujourd’hui je regarde différemment les pièces de potier(e)s sur les marchés ou dans les ateliers. Je sais que c’est un travail de patience, de précision, un travail délicat où chaque étape compte. J’ai adoré m’y essayer et je ne compte pas m’arrêter là ; j’ai encore des milliers de facettes à explorer.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu


 

Pour rester connecté, abonne-toi à la Newsletter !